Alimentation & Emotions, Lifestyle

La cuisine c’est ma copine!

Non je ne vous chanterai pas la chanson basée sur Bécassine en remix cuisine. Je sais vous êtes trop déçus et je le comprends. J’ai vendu trop de rêve avec le nom du post. Mea culpa. Dans le post Alice In Paleo Approach je disais que le fait de cuisiner est bon pour l’estime de soi. Je vais donc développer un peu plus.

Estime de soi et cuisine, pourquoi donc?

Déjà on va tenter de voir plus précisément ce qu’est l’estime de soi. C’est simple à écrire, plus complexe à décrire, car ça englobe plein de facteurs qui varient selon les personnes. C’est l’évaluation qu’on fait de nous même. Or, nous n’avons pas tous la même sévérité envers soi que notre prochain, donc pas tous la même estime de soi. Nous avons notre propre système de classement des « critères » importants pour la définir. Cela peut être l’allure qu’on dégage (tenue vestimentaire, coupe, etc..) mais aussi la culture générale, la souplesse… Ces mêmes critères peuvent variés selon l’âge, selon le point de vue ou notre façon d’appréhender les choses. Du coup notre auto évaluation est en perpétuelle mouvement.

Il y a donc des critères extérieurs et d’autres intérieurs, intimes.

Dans l’action de se nourrir, on fait entrer des choses en nous. Tant sur le plan physique que symbolique. Pour avoir du plaisir un aliment doit être bon à manger et à penser (futur article à venir sur ce sujet). Si on respecte ça, alors en se nourrissant on prend soin de nous de l’intérieur.

Lorsque l’on cuisine, il y a plusieurs étapes.

  • Choix de la recette
  • Choix des aliments (quantités, marques, fraicheur et qualité des produits…)
  • Préparation de la recette
  • Repas

Déjà le simple fait de se demander ce qu’on va manger nous permet d’écouter un peu plus nos sensations alimentaires. Ensuite lorsqu’on choisit nos aliments, le fait de prendre soin de nous débute. On ne choisit pas n’importe quelle carotte. « Celle ci? Celle la? Non je veux elle! » On ne veut pas consommer n’importe quel aliment, on fait attention (et c’est bien). Ensuite vient le temps de la préparation. Qu’il soit long ou court, le temps que l’on cuisine nous permet de casser le quotidien, laisser les problèmes pro/perso de côté un moment pour vivre l’instant présent. L’instant de SE PREPARER à manger. Il ne s’agit pas devenir un chef étoilé loin de là, mais simplement de cuisiner. On veut toujours satisfaire nos proches et nous mêmes. C’est louable. Cependant il ne faut pas que le plat soit source de négativité (pour celui qui a cuisiné et pour celui qui consomme).

Prendre soin de soi de l’intérieur rejaillira sur l’extérieur. Soyez BIENVEILLANT

1 thought on “La cuisine c’est ma copine!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *