AIP, AIP, le concept, Diaporama, Lifestyle, Trucs & Astuces

Histamine: qu’est-ce que c’est?

Bonjour bonjour,

On entend de plus en plus parler de “l’histamine”, mais en fait, souvent, on comprend pas trop ce que c’est. AIPanda est là aujourd’hui pour vous éclairer la lanterne.

Histamine, Hista-quoi?

C’est plus clair non? Hi hi 

Alors, non, l’histamine, ce n’est pas une sorte de cuisine hispanique, et les gens qui y font attention ne sont pas des hi(p)sters.

Histamine

L’histamine, amine naturelle, est une molécule de signalisation du système immunitaire, de la peau, de l’estomac et du cerveau des vertébrés. C’est un médiateur chimique synthétisé par les animaux dans de nombreux organes :

  • par des cellules impliquées dans la réponse immunitaire, basophiles et mastocytes ;
  • par des cellules de la paroi de l’estomac régulant la sécrétion acide de l’estomac et ;
  • par des neurones du système nerveux central pour le contrôle de l’éveil.

Selon les récepteurs qu’elle active, l’histamine provoque une réponse immunitaire, une sécrétion de suc gastrique et d’acide chlorhydrique, un relâchement des petites artères, une contraction des bronches et des muscles de l’intestin, une accélération de la fréquence cardiaque (tachycardie), un relâchement des contractions de l’utérus. Elle est en outre responsable du prurit (démangeaison de la peau). Dans le système nerveux central, elle assure le maintien de l’état de veille.

L’un des premiers effets repérés de l’histamine a été un rôle de médiateur dans la réponse allergique immédiate, mais l’ensemble des fonctions qu’elle a dans les cellules qui la contiennent et dans leur environnement est encore mal cerné. On sait qu’à très faible dose (non détectables par les techniques conventionnelles), elle contribue à réguler divers processus physiologiques dont « la sécrétion d’acide gastrique, la neurotransmission, la régulation de la micro-circulation et la modulation des réactions inflammatoires et immunologiques ». Ces fonctions lui confèrent tantôt des propriétés pharmacologiques tantôt une certaine toxicité pour l’organisme.

D’un point de vue chimique, l’histamine est la 2-(4-imidazolyl)éthylamine et a pour formule C5H9N3. C’est une amine hydrophile et vasoactive (d’où le nom).

(Merci Wikipédia)

La fonction première de l’histamine est de détruire les substances étrangères. L’histamine est aussi libérée lors de réactions allergiques, elle est responsable chez les personnes allergiques et asthmatiques de symptômes gênants voire très sérieux.

Autres propriétés essentielles de l’histamine:

  • augmente la puissance et la fréquence des battements cardiaques (par la libération d’adrénaline)
  • contribue au déclenchement des vomissements
  • régule le rythme veille-sommeil
  • coupe l’appétit
  • contribue à la régulation de la température corporelle, de la pression artérielle et de la sensation de douleur
  • contribue à la production d’acide gastrique et au fonctionnement de l’appareil gastro-intestinal
  • régule l’équilibre hormonal
  • est un neuromédiateur cérébral

(source: santeweb.ch)

Intolérance à l’histamine

L’intolérance à l’histamine est causée par une déficience du processus de l’histamine et particulièrement le manque de réponse en diamonoxydase. Normalement, l’histamine est détruite dans l’organisme par une enzyme: la diamonoxydase, mais quand on est intolérant, l’enzyme ne fait pas son boulot. Ainsi l’histamine qu’on produit et qu’on obtient également par l’alimentation n’est pas ou partiellement détruite.

Résultats: symptômes !

Les symptômes:

 

  • rougeur soudaine
  • démangeaisons et rougeurs sur le corps
  • troubles digestifs comme nausées, vomissements, diarrhée, douleurs abdominales
  • chute de tension, vertiges, palpitations
  • chez la femme : troubles menstruels
  • nez qui coule, rhume chronique
  • maux de tête, migraine
  • yeux rouges, lèvres gonflées

 

Mais il existe autant de symptômes différents que de personnes sur Terre, voilà toute la complexité de la chose.

(source)

Diagnostic

Il n’existe pas de test officiel pour détecter l’intolérance à l’histamine.

Toutefois, si vous ressentez des symptômes gênant lors de la consommation d’aliments riches en histamine, on vous invite à exclure 10 ou 15 jours ces aliments et à voir si vos symptômes en sortent soulagés. Si oui, vous saurez d’où ça vient 🙂

(cela n’équivaut pas de diagnostic médical. Seul un médecin est habilité à poser un diagnostic. En cas de doute sur votre intolérance, nous vous invitons à prendre RDV chez votre médecin traitant)

Les aliments riches en histamine

La teneur en histamine varie selon la fraîcheur, les conditions de stockage et le mode de fabrication des aliments. La règle veut que plus un aliment mûrit, plus sa teneur en histamine augmente.

Les aliments non transformés ont généralement une très faible teneur en histamine. Elle peut toutefois augmenter par fermentation, maturation ou stockage. Cela vaut également pour les aliments périssables ou stockés de façon inappropriée tels que:

  • les boissons alcoolisées (notamment le vin rouge, certains types de bière, le saké mais si vous suivez le protocole AIP, vous n’êtes pas censé en consommer 🙂 )
  • les fromages (longuement affinés) (pareil en cas d’AIP)
  • la saucisse: saucisson cru, salami, cervelas
  • la viande: foie de porc et de bœuf (teneur très élevée), le jambon de Parme, la viande des Grisons, le lard (l’histamine augmente avec la maturation)
  • les poissons et fruits de mer (notamment le maquereau, les anchois, le hareng, le thon, la truite, la marinade de poisson, les poissons marinés)
  • la levure (pas AIP)
  • le café, la poudre de cacao, le chocolat et les produits chocolatés (pas AIP)
  • les produits à base de soja et de tofu (pas AIP)
  • la farine de blé (pas AIP)
  • les légumes: choucroute, légumes marinés dans le vinaigre, marinades de légumes
  • les fruits: fraise, framboise, kiwi, poire, banane, agrumes, ananas; la teneur en histamine augmente lors de leur transformation
  • toutes sortes de noix (pas AIP)
  • mais aussi les exhausteurs de goût et les colorants (pas AIP)

Parmi ces aliments, on distingue ceux qui augmentent la libération d’histamine par l’organisme (parce qu’ils contiennent des libérateurs d’histamine) et ceux qui bloquent l’enzyme diaminoxydase. Cette liste n’est pas exhaustive. Elle a été établie d’après l’expérience de patients et doit être complétée par les personnes concernées.

(source)

La choucroute

Et oui mes amis, en cas d’intolérance à l’histamine, vade retro la choucroute et plus généralement les aliments fermentés qu’on utilise parfois en probiotiques naturels.

Heureusement, la vie ne m’a pas gratifié d’une intolérance à ce niveau là, et je peux jouir du plaisir de m’envoyer de la choucroute autant que bon me semble, et Dieu sait que j’aime ça 🙂

C’est à vous

Est-ce que parmis vous, certains sont intolérants à l’histamine?

On voudrait bien connaitre votre vécu etc…

Des bisous et bon lundi

A.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *