AIP, Non classé, Témoignages

Les produits sans gluten durant l’AIP

L’autre jour j’ai eu un coup de téléphone.

dring dring
Dring dring

Bonjour, je souhaiterai savoir si l’alimentation peut avoir un rôle sur la MAI?

Oui bien sûr, j’applique un protocole en ce sens qui montre de bons résultats.

Ok super merci. Peut on prendre un RDV svp?

Rdv fixé. Le jour J

Le patient entre dans le bureau. Mes premières consultations durent une heure environ (oui oui je raconte ma vie j’avoue). Après  un long moment à parler de sa MAI et des circonstances de sa découverte, arrive le moment de l’enquête alimentaire. J’essaie d’avoir le plus de détails possibles sur son alimentation, les produits, les modes de cuissons et assaisonnement, ses habitudes de vie.

Je constate plusieurs points qui sont incompatibles avec l’AIP (présence de produits laitiers, gluten, produits industriels). Bref une alimentation classique pour une personne étrangère à tout ça.

Comment lui annoncer les interdits de l’AIP?

Face à son alimentation, je me suis demandé quelle pouvait être la meilleure manière de lui expliquer la liste des aliments autorisés/interdits. Bon je me lance. Je lui explique déjà qui est Sarah Ballantyne, son protocole, ses recherches, l’hyperperméabilité intestinale. Bref un mini topo sur l’AIP. Enfin nous lisons ensembles les aliments à inclure/exclure.

surprise du patient

La différence des aliments est un peu rude et brutale. Là, le patient me pose cette question:

Et les produits sans gluten, je peux les utiliser?

Les produits sans gluten sont en hausse en ce moment. On en trouve de plus en plus, y compris dans les petits commerces. Toutes les marques se lancent dans le sans gluten. Bon on va pas se mentir, c’est pas pour nous faire plaisir mais plutôt parce qu’il y a un réel marché. Du coup on trouve de tout. Du pain sans gluten, des sablés, des pâtes sans gluten. On pourrait être méga tenté de prendre de tels produits (pour rappel les personnes diagnostiquées “cœliaques” ont une partie des produits sans gluten remboursée). Et donc on est en droit de se poser la question sur la possible utilisation de tels aliments au sein de l’AIP notamment durant la phase d’exclusion.

Comme tout le monde le sait  je suis un hypra méga giga trop top fan des PAAAAATES!!!!!!!!! Et bien que je n’ai pas de MAI, j’ai vraiment réduit le gluten. Oui j’en garde un peu. Déjà que je ne prends plus de produits laitiers… Donc tout naturellement une fois j’achète des pates sans gluten pour qu’avec ma chérie on puisse en manger même si elle mange rarement de féculents. Comment fait elle? Le mystère reste entier. Comment se passer de féculents… Peut être qu’une partie de la réponse est contenue dans un bidon d’huile. Mystère et patate douce.

Dans le cas des pâtes il est utile de rappeler qu’il y a seulement 2 ingrédients. La semoule de blé et l’eau. Dans les version sans gluglu, on a minimum 2 ou 3 farines différentes et quelques amis qui les accompagnent en général. Il peuvent s’intituler émulsifiants ou encore conservateurs. Ca c’est le nom trop mignon mignon. Le nom industriel est composé d’un E et de quelques chiffres.

Oh bah c’est moins mignon.

Que faire?

Lorsqu’on se lance dans l’AIP, la phase d’exclusion a pour but de mettre votre intestin au repos et de permettre à Bob le Bricoleur de rendre à votre corps sa perméabilité intestinale. Afin de réaliser ceci les additifs et autres nano-molécules sont à éviter. Alors oui je l’avoue c’est dommage que les produits sans gluten industriels soient à exclure durant l’AIP. Mais penser à l’après. Penser au moment où votre corps vous dira merci et la fatigue diminuera.

Des bisous et plein de bonheurs dans vos petits coeurs.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *