Diaporama, Rhumatisme psoriasique, Témoignages

Myriam et son rhumatisme psoriasique

Bonjour à toi Immune Warrior 😉
Rhumatisme psoriasique. Aujourd’hui, découvre le témoignage de Myriam et la façon dont le protocole AIP l’a aidé dans la prise en charge de sa maladie.

Je me présente, je m appelle Henri.

Non je plaisante, je m’appelle Myriam. J’ai 32 ans et 3 enfants. J’habite depuis presque 3 ans dans le Sahara, tout au sud du Maroc.

Mes problèmes de santé ont réellement commencé il y a 2 ans, au moment où l’on m’a diagnostiqué ma MAI (nb : maladie auto-immune). Ma maladie s’est déclarée dans un contexte de stress extrême et prolongé sur un système immunitaire qui avait été maltraité depuis quelques mois (vaccin contre la fièvre jaune 6 mois avant, 2 dents dévitalisées 4 mois avant et une alimentation trop malsaine).

Et patatra :

J’ai donc accouché d’un un joli rhumatisme chronique du type rhumatisme psoriasique/polyarthrite. J’avais depuis une bonne dizaine d’années des douleurs au niveau des épaules, mais c’était pas trop méchant.

Septembre 2016, toutes mes articulations sont touchées. Je ne peux plus me lever. Plus m’occuper de mes enfants ni de moi. Je suis en épuisement extrême.

Je suis prise en charge par un rhumato. Il m’explique gentiment que je souffre d’une maladie chronique et qu’il faut éviter des séquelles irréversibles.
Pour ça tout va bien. Il y a de bons traitements qui fonctionnent.

Rhumastisme psoriasique : l’ordonnance

Pour tenir debout je prends :

  • 100mg d’AINS (anti-inflammatoire non stéroïdien)
  • 20mg de méthotrexate
  • Pour pas que les AINS ne me fassent pas mal au bidou, il faut des IPP (inhibiteurs de la pompe à protons
  • Et pour diminuer les effet du métho il faut de l’acide folique

J’accuse le coup. Avant ça, j’ai quasi jamais pris de medoc. Je commence mon traitement. Les 3 premiers mois, j’en suis à me demander qu’est-ce qui est pire : la MAI ou les effets secondaires du traitement ?

Je décide de continuer le traitement. Le doc m’explique que si la maladie progresse, je risque fort de finir handicapée. Après 3 mois, les effets secondaires du méthotrexate se sont atténués. Enfin, je retrouves une vie “normale”. Mais toujours sous traitement, que je devrais prendre toute ma vie dixit mon médecin.

Myriam passe à l’action

Après quelques mois à subir le traitement en me plaignant chaque jour qu’il m’empoisonne et qu’il me tuera tôt ou tard (c est mon côté j’en fais tjr trop), je décide d agir.
Je me renseigne sur les régimes et je trouve le regime gaps. J’intègre le groupe Facebook. Je tombe sur un post de “Ninon Appoline” qui évoque le protocole AIP. Je m’inscris alors sur le groupe.

Je vais voir mon médecin. Je lui dis que je suis très bien stabilisée sous traitement et que j’aimerais tenter une baisse puis un arrêt (je ne lui parle même du protocole AIP, je sais ce qu’il en pense). Il m’explique que je peux tenter. Mais d’après son expérience, il faut toujours garder un traitement en cas de maladie auto-immune.

J’en fais qu’à ma tête. Je commence à diminuer la dose du métho, sans commencer aucun régime : C’est un fiasco.
La moindre petite baisse fait revenir mes symptômes : fatigue extrême, douleurs…. Je prends la notice de mon médoc, je lis les effets secondaires du traitement comme pour me donner de la motivation. Là, je me décide à commencer un régime gaps couplé au protocole AIP. Autant dire qu’il faut une motivation en béton pour tenir un tel mode de vie.

blogs amis

Ecrire une nouvelle page :

Pendant plusieurs semaines je ne mange que du bouillon (au moins 1 litre par jour) des légumes, de la viande et autant de gras que possible. Tout se passe bien dans mon corps sauf que je maigri beaucoup alors que je suis déjà maigre.

En parallèle je diminue le traitement à raison de 0,5mg par semaine.

En 3 mois de régime ja pu arrêter tout traitement et je suis stable.

Voilà. J’ai continué le régime pendant quelques mois. Je n’ai pas réussi la phase de réintroduction et en vacance cet été j ai tout lâché…

Rhumastisme psoriasique : où j’en suis ?

À l’heure actuelle, je suis toujours stable!
Merci à toi Aurélie pour le groupe, à Ninon Appoline pour avoir évoqué ce protocole et à une autre personne du groupe qui avait fait un super témoignage sur son fils qui avait un crohn. Il m’avait bien motivé !

Myriam

Merci Myriam pour ton témoignage. Je ne me lasse pas de lire vos parcours 🙂
Le témoignage de Crohn, c’était celui de Thierry, et il a effectivement motivé beaucoup de personne à travers leur si belle expérience et réussite.
Aurélie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *